Actualités

L’ICM récompensé

16 Octobre 2014

Remise du prix unicancer à l'ICM

L’Institut du Cancer de Montpellier reçoit le Prix Spécial du Jury pour son projet « Cancer gynécologique et santé sexuelle : apport de l’éducation thérapeutique du patient dans le parcours de soins », au cours de la cérémonie qui s’est déroulée le 13 octobre 2014 au Palais de la Méditerranée, à Nice, en présence d’Agnès Buzyn, Présidente de l’INCa.

Ce projet fait partie des 11 lauréats du premier Prix UNICANCER de l’INNOVATION. Christine Kerr, médecin oncologue radiothérapeute et curiethérapeute à l’ICM et Anne Stoebner-Delbarre, médecin de santé publique, sont les représentantes de ce projet qui répond à une thématique encore peu abordée car taboue, et pourtant essentielle pour le bien-être des patients : la sexualité.

 

Ce Prix récompense le travail d’une équipe pluridisciplinaire de 20 professionnels et de 31 patientes. Ce projet, a pour objectifs de faciliter le dialogue entre les patientes et les équipes de soins autour de la santé sexuelle et d’optimiser la mise en œuvre des prescriptions médicales visant à la conserver et à l’améliorer.  Les bénéfices pour les soignants sont d’améliorer et évaluer leurs connaissances sur les traitements, de se former « in vivo » à  la prise en charge des effets liés aux traitements, d’acquérir des compétences en Education Thérapeutique du Patient ainsi que de consolider des réseaux de santé, avec les médecins gynécologues, médecins traitants, sexologues et psychologues, sur le thème de la santé sexuelle.

Cancer gynécologique et santé sexuelle : apport de l’éducation thérapeutique du patient dans le parcours de soins

Ce projet répond à une thématique encore peu abordée car taboue, et pourtant essentielle pour le bien-être des patients : la sexualité. Pour répondre à la forte demande des patientes mais aussi des professionnels de santé, l’unité de curiethérapie de l’ICM a formé les soignants à aborder les troubles de la sexualité liés aux traitements.

Dans les cancers du col et du corps utérins qui représentent le 1er cancer gynécologique, les traitements associant chirurgie, radiothérapie et curiethérapie  fragilisent les parois vaginales et peuvent provoquer des effets secondaires (ménopause précoce, sécheresse vaginale, vagin plus court, plus étroit et moins élastique…).

Pour limiter ces effets secondaires, proposer une surveillance gynécologique efficace et faciliter le quotidien des patientes et la reprise d’une activité sexuelle, il est recommandé que les patientes réalisent elles-mêmes des irrigations vaginales, utilisent des ovules et des gels vaginaux et si nécessaire des dilatateurs vaginaux. En pratique, l’utilisation et l’appropriation de ces outils n’est pas facile pour les patientes. Pour les soignants écouter et parler de la santé sexuelle peut être difficile. Suite à un travail de recherche soutenu par le Cancéropôle Grand Sud-Ouest, l’UTEP et un groupe pluridisciplinaire de 20 professionnels (dont 9 formés en Education Thérapeutique du Patient) de 5 services (consultation, médecine, chirurgie ambulatoire, pharmacie, prévention) ont construit le parcours de soins type d’une patiente traitée par curiethérapie gynécologique. La communication entre soignants et avec les patients représente 2/3 des freins à la fluidité et à l’efficience du parcours. Dans un 1er temps, le groupe a choisi de créer des outils info-éducatifs, en lien avec la santé sexuelle, avec et pour des patientes, afin d’aider les professionnels de santé à aborder ce sujet. En parallèle, une formation spécifique sur les troubles de la sexualité et leur prise en charge est mise en place pour chaque soignant concerné, afin d’apporter des réponses adaptées tout en respectant l’intimité du patient.

Les bénéfices pour les patientes sont multiples :

  • Optimisation de la prise en charge des effets liés aux traitements sur la sexualité et de sa mise en œuvre ;
  • Meilleure compréhension et utilisation des traitements locaux accompagnant un traitement ;
  • Amélioration de la qualité de vie et de l’autonomie.

Les bénéfices pour les soignants sont également multiples : 

  • Amélioration de la communication entre les soignants et avec les patientes ;
  • Formation « in vivo » à  la prise en charge des effets liés aux traitements ;
  • Améliorations et évaluation des connaissances sur les traitements ;
  • Acquisition de compétences en Education Thérapeutique du Patient ;
  • Consolidation des réseaux de santé, avec les médecins gynécologues, médecins traitants, sexologues et psychologues, sur le thème de la Santé Sexuelle.
Vidéos

Prix UNICANCER de l'INNOVATION