Actualités

Lancement de « RHESOU », le 1er registre spécialisé en onco-urologie pour mieux comprendre les cancers urologiques et des organes génitaux masculins

06 Novembre 2017

En présence de la conseillère départementale de l’Hérault, Mme Laurence Cristol, et à l’occasion du mois de sensibilisation aux cancers masculins, l’ARCOU (Association Régionale de Recherche et de Consensus en Onco-Urologie) et le Registre des Tumeurs de l’Hérault lanceront le 8 novembre 2017 un registre spécialisé en onco-urologie. Une première en France qui ouvre de grandes perspectives pour la lutte contre les cancers urologiques et des organes génitaux masculins.

Mieux connaître les cancers masculins et leur prise en charge, une nécessité !

8 083 nouvelles tumeurs (invasives et pré-invasives) ont été diagnostiquées en 2014 chez les habitants de l’Hérault, dont 1 731 tumeurs urologiques et des organes génitaux masculins. Ces dernières tumeurs représentent désormais 21,4% de l’ensemble des tumeurs  de l’Hérault, soit plus d’1 cancer sur 5 !

Malgré une évolution importante des cancers urologiques en France (prostate, rein, vessie, testicule,…), aucun registre n’a une spécificité urologique.

« La création d’un registre spécialisé en urologie est une nécessité pour enrichir les bases existantes, étayer leur prise en charge et la recherche dans le domaine de la cancérologie urologique. Nous devons développer nos connaissances et nos bases de données pour être à la hauteur de l’enjeu de Santé publique que représente l’évolution, l’évaluation et le traitement des cancers masculins » déclare le Pr David Azria, Président du Registre des Tumeurs de l’Hérault.

Forts de ce constat, l’ARCOU et le Registre des Tumeurs de l’Hérault lancent « RHESOU » (Registre HErault Spécialisé en Onco-Urologie), le 1er registre spécialisé en onco-urologie.

Des facteurs de risque environnementaux à appréhender

Le registre doit s’adapter aux modifications de population, aux facteurs de risque et d’évolutions diagnostiques et thérapeutiques, en augmentant l’information enregistrée. « En plus des informations collectées en routine, il est nécessaire de connaitre d’autres facteurs plus spécifiques, notamment ceux liés aux facteurs de risques, aux traitements, à la biologie, à l’imagerie…. Ces informations permettront de fournir des analyses plus fines sur des données exhaustives. » ajoute le Dr Xavier Rébillard, urologue.

La mise en place de RHESOU permettra d’associer aux données épidémiologiques classiques (fournies par le registre général) des données plus spécifiques telles que les données biologiques, les données d’imagerie pour la prostate et le rein, les antécédents familiaux, les comorbidités, les facteurs de risque reconnus ou de lésion pré-cancéreuses, les traitements et technologies associées, les modalités du suivi, les récidives et la survie.

Le lancement de RHESOU se fera devant la presse le mercredi 8 novembre, à 17h, salle de conférence de l’IRCM (Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier), Campus de l’Institut du Cancer de Montpellier – 208 avenue des Apothicaires, Montpellier en présence de :

  • Pr David AZRIA – Président du Registre des Tumeurs de l’Hérault

  • Dr Brigitte TRETARRE – Médecin, Directeur du Registre des Tumeurs de l’Hérault

  • Dr Xavier REBILLARD - Urologue, membre de l’ARCOU

  • Dr François IBORRA - Urologue, membre de l’ARCOU

 

Vidéos
Aucune vidéo actuellement.
À télécharger
Aucun téléchargement actuellement.