Actualités

Vous êtes plutôt… ?

19 Octobre 2015

Campagne Octobre rose ICM

Le dépistage est l’affaire de tous les seins

Octobre Rose a été créé pour informer et sensibiliser au dépistage du cancer du sein car il est prouvé que plus tôt un cancer est dépisté, plus on augmente les chances de guérison. En tant qu’acteur majeur de la cancérologie, l’Institut du Cancer de Montpellier rappelle que le dépistage est l’affaire de tous.

 

« Poire, pêche, citron…peu importe la forme, le dépistage est l’affaire de tous les seins » voici une des phrases de la campagne de communication qui a été lancée, le 20 octobre 2015 sur les réseaux sociaux de l’ICM et sur une trentaine de panneaux d’affichage (120 x 176) de Montpellier grâce au partenariat avec Mediaffiche. Cette campagne, avec un ton léger et original, créée par l’agence Montpelliéraine M’ENFIN, a pour objectif de sensibiliser le grand public, hommes et femmes de toutes générations, au dépistage du cancer du sein.

 Il y a énormément d’actions et de communications faites à l’occasion d’Octobre Rose ce qui peut parfois noyer le message principal, à savoir qu’il est primordial pour les femmes d’aller faire un dépistage du cancer du sein. Nous avons souhaité par cette campagne toucher un large public, en dédramatisant et en allant droit à l’essentiel,  explique le Pr Jacques Domergue, Directeur Général de l’ICM.

Dépistage du cancer du sein : pas d’hésitation   

Le cancer du sein est, chez la femme, le cancer le plus fréquent mais aussi celui qui cause le plus grand nombre de décès. Détecté tôt, le cancer du sein peut être guéri dans 9 cas sur 10. Un programme de dépistage organisé est recommandé, tous les deux ans, aux femmes âgées de 50 à 74 ans. D’autres modalités de suivi peuvent être proposées aux femmes présentant un risque élevé ou très élevé de développer un cancer du sein.

Avant l'âge de 50 ans, un examen clinique des seins (palpation) est recommandé tous les ans dès l’âge de 25 ans et quel que soit le niveau de risque. Cet examen rapide et indolore permet de détecter une éventuelle anomalie. Il peut être réalisé par un généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.

Il est recommandé de consulter un médecin si l’on repère les symptômes suivants :

  • une boule dans un sein ;
  • des ganglions durs au niveau de l’aisselle ;
  • des modifications de la peau du sein et du mamelon ;
  • un changement de la taille ou de la forme du sein.

Ces signes ne signifient pas forcément qu’il s’agit d’un cancer du sein mais, pour plus de sûreté, il est recommandé de demander un avis médical dès que l’on repère une anomalie.

Dans le département de l’Hérault, le dépistage est organisé pour les femmes de 40 à 49 ans, qui résident dans les communes adhérentes à l’Association Montpelliéraine de l’Hérault de Dépistage du Cancer du Sein (AMH-DCS). Au-delà de 49 ans, ce dépistage se poursuit dans le cadre départemental. Les radiologues de l’ICM sont référents en la matière et font une grande partie des 2èmes lectures pour le département.

 

L’ICM tient un rôle majeur dans la prévention et le dépistage des cancers du sein de part l’implication des équipes de radiologie dans le dépistage organisé et individuel, la mise en place de consultations spécialisées d’oncogénétique pour les populations à risque et le suivi des patientes afin de prévenir les complications à long terme et dépister les éventuelles récidives.

L’Institut est également moteur en Languedoc-Roussillon dans le domaine de la prévention tertiaire afin d’aider les patients à modifier les comportements à risque, dans des domaines tels que : la consommation excessive d’alcool, la lutte contre le tabac, l’incitation à pratiquer une activité physique et des changements liés à la nutrition.

Chaque année, l’ICM traite près de 2 000 patientes atteintes du cancer du sein, dont 42% sont des nouvelles patientes, offrant une prise en charge des patientes globale, personnalisée et innovante. Cette prise en charge est médicale, psychologique et sociale ; elle s’accompagne d’une constante dynamique pour améliorer non seulement le parcours de soin, mais également proposer un véritable accompagnement après le traitement.

Une campagne…fruitée !  

Face à la difficulté de parler du cancer du sein, de faire entendre sa voix, de toucher toutes les générations tout en essayant de sortir des nombreuses actions qui peuvent être menées au cours du mois d’octobre, cette campagne à contre-pied a été imaginée pour interroger, susciter l’intérêt du public.

Surfant sur la comparaison que l’on peut faire des seins avec la forme des fruits, ces derniers ont été mis en scène dans une campagne qui se veut légère, acidulée et décomplexée. Loin de tout esthétisme à outrance, les fruits sont naturels, avec leurs défauts, leur singularité. Le fond des visuels, quant à lui, reprend la couleur du cœur des fruits comme un clin d’œil au dépistage, à la mammographie.

Déclinés en vidéo, les fruits imitent le mouvement des vrais seins en fonction de leur morphologie. Dans un mouvement intense et ralenti, ils expriment toute leur « puissance », déculpabilisés, avec une certaine ardeur à se montrer, eux…», précisent les créateurs et créatifs de l’agence M’ENFIN.

 

 

 

 

Vidéos

Campagne de l'ICM pour Octobre rose