La recherche méthodologique

La Recherche méthodologique est un axe majeur développé au sein de l’unité de Biométrie au travers de 3 projets :

L'analyse longitudinale de la qualité de vie

La qualité de vie relative à la santé (QdV) est devenue un des objectifs prioritaires des essais cliniques en cancérologie pour évaluer l’efficacité d’une prise en charge. L’European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC) a ainsi développé un auto-questionnaire QLQ-C30 évaluant 5 fonctions et 9 symptômes (Aaronson et al., 1993), et l’état global de santé des patients par un score de 0 à 100 à travers 30 questions. Cet ensemble de scores uni ou multi-items permet d’accéder, de façon indirecte, à la qualité de vie du patient. L’objectif de nos travaux est de proposer une méthodologie et des outils pour l’analyse longitudinale de la qualité de vie mesurée par le QLQ-C30, basée sur la théorie moderne de réponse à l’item (IRT, Item Response Theory) qui considère la qualité de vie comme une variable latente accessible par la connaissance de la réponse aux items du questionnaire, se différenciant ainsi de la théorie classique CTT (Classical Test Theory) qui se fonde directement sur les observations des fonctions et dimensions citées précédemment.

Cet axe de recherche « Analyse longitudinale de la qualité de vie » est développé en collaboration avec la Plateforme nationale de Qualité de Vie et Cancer (Besançon, EA3181) et l’équipe de Probabilité et Statistique de l’Institut de Mathématiques et de Modélisation de Montpellier (Unité Mixte de Recherches n°5149, CNRS et Université Montpellier 2), et est financé, en partie, par l’IReSP (Institut de recherche en Santé Publique).

L’élaboration de recommandations des définitions des critères de jugement en cancérologie

Ce projet s’inscrit dans la volonté de créer un réseau collaboratif européen entre les méthodologistes, les biostatisticiens et les investigateurs cliniciens impliqués dans les essais cliniques en cancérologie.
La revue de la littérature par Mathoulin et al. (JCO 2008) met en évidence que les critères de survie en cancérologie sont rarement définis dans les publications et qu’il n’existe que très peu de définitions standardisées, ceci pouvant impacter sur la puissance d’un essai et rendre complexe les comparaisons entre essais cliniques. Il est apparu nécessaire de proposer des recommandations de définitions pour certaines localisations (sein, pancréas, sarcome/Gist , Rein/Vessie, Tête et cou dans un 1er temps).

L’objectif de cette série de travaux est donc d’ :

  1. Elaborer des recommandations pour les définitions des critères de survie
  2. Evaluer l’impact de ces définitions et les ordonner selon leurs propriétés substitutives de la survie globale.

Cet axe de recherche est développé en collaboration avec le Groupe des statisticiens des Centres de Lutte Contre Cancer (CLCC) et l’European Organisation for Research and Treatment of Cancer ([EORTC]) et ce projet est financé par la Ligue Nationale contre le Cancer et l’Institut National du Cancer (INCa).

L’évaluation de nouvelles méthodes statistiques de recherche de dose afin d’optimiser la conception des essais précoces

Cet axe de recherche s’inscrit dans la dynamique collaborative des centres labellisés INCa de phases précoces (CLIP²) en collaboration avec le Groupe des statisticiens des CLCC / CLIP, afin de mettre à disposition des cliniciens des méthodologies innovantes dans la conception d’essais de phase précoce.
Dans cet axe, nous développons un projet plus spécifique dans le cadre de la conception d’essais précoces évaluant un anticorps monoclonal par la prise en compte de l’apparition de toxicités tardives ou cumulatives. Ce projet est financé par le LabEx Tours Montpellier MABimprove (Responsable Hervé Watier).