Actualités

REQUITE, une étude internationale au bénéfice des patients traités par radiothérapie

19 Novembre 2018

REQUITE

L’objectif de REQUITE est d’identifier les patients à risque de développer des toxicités tardives secondaires à leur radiothérapie. Plus de 4 400 patients ont été inclus dans l’étude.

Les premiers résultats de l’étude internationale REQUITE, unique pour le volume de données collectées, viennent de tomber. Une belle collaboration entre praticiens, chercheurs, professionnels de santé... de différents pays au bénéfice des patients traités par radiothérapie.

 

Démarrée en 2013, REQUITE a permis de collecter beaucoup d’informations, dont les données d’effets secondaires à la radiothérapie. Pour rappel, environ la moitié des patients atteints d’un cancer seront traités par radiothérapie. La dose de radiothérapie reste limitée afin de protéger les cellules saines avoisinant la tumeur. Chaque personne réagit différemment à la radiothérapie. Environ 5 % des patients traités par radiothérapie sont très sensibles et présentent des effets secondaires importants.

 

Afin d’améliorer la qualité des traitements, des chercheurs ont développé, ces dernières années, des modèles prédictifs et des tests biologiques afin d’identifier, avant le début des traitements, les patients à risque de toxicités tardives de la radiothérapie.

Cette méthode doit encore être validée avant de pouvoir adapter la dose de radiothérapie, afin de limiter la toxicité pour les personnes les plus sensibles.

 

Le financement du projet REQUITE par l’Union Européenne a pris fin en septembre 2018, mais le travail utilisant les données recueillies ne fait que commencer.

 

Une « Ressource » unique

4 438 patients, issus de 26 hôpitaux, à travers 8 pays, ont participé à ce projet d’envergure internationale. Les principaux centres sont Gent/B, Leuven/B, Montpellier/F, Heidelberg & Mannheim/GER, Milan/I, Maastricht/NL, Barcelona/SP, Santiago de Compostela/SP, Leicester/UK, Manchester/UK et New York/USA. Pour la France, 2 centres ont inclus les patients : l’ICM et l’Hôpital Universitaire Carémeau de Nîmes.

REQUITE a concerné 2 069 patients dans le cancer du sein, 1 808  de la prostate et 561 du poumon. Au niveau de l’ICM, 726 patients y ont participé, dont 411 dans le cancer du sein, 261 patients de la prostate et 54 patients du poumon.

Plus de 30 000 questionnaires ont été recueillis. Les échantillons de sang collectés ont permis de réaliser le génotypage sur les 4 438 patients inclus. Dans le cadre de cette étude, 1 300 personnes ont bénéficié d’un prélèvement sanguin utilisant un test spécifique, développé en France, qui détecte les patients à risque d’effets secondaires à long terme liés à la radiothérapie. Parallèlement, des tubes ‘PAXgene’ ont été collectés sur environ 3 000 personnes. Ces échantillons permettront dans le futur d’analyser leur ARN qui agit comme un messager de l’ADN vers les cellules sur la production de protéines.

 

Des données identiques collectées d’un hôpital à un autre

Les premiers résultats de l’étude REQUITE ont montré que les mêmes données peuvent être collectées sur plusieurs hôpitaux à travers plusieurs pays. Jusqu’à présent, aucun modèle prédictif de risques d’effets secondaires n’avait pu être validé par manque de données pour les tester car les données collectées n’étaient pas les mêmes d’un hôpital à un autre. REQUITE a résolu ce problème pour le futur.

REQUITE représente, en outre, une « Ressource » facile d’accès pour les autres chercheurs travaillant dans le monde. Ceux-ci doivent, néanmoins, disposer de l’autorisation éthique et d’un mot de passe préalables.

 

Développement de modèles dans les cancers du sein, de la prostate et du poumon

L’étude REQUITE a permis de développer des modèles pour le cancer du sein, de la prostate et du poumon qui peuvent prédire quel patient aura des effets secondaires à long terme après la radiothérapie. Ils se basent sur des informations comme l’âge d’une personne ou le fait d’être fumeur, ainsi que sur la dose de radiation délivrée sur les tissus sains. Ils semblent conformes et sont prêts à être testés (validation) avec les données de REQUITE. L’équipe-projet en est à l’étape finale du recueil ; elle a, également, collecté les informations génétiques afin de voir si cela pouvait améliorer ces modèles.

Des résultats encourageants

Les résultats sont prometteurs pour les futurs patients atteints d’un cancer qui seront traités par radiothérapie. Beaucoup d’informations détaillées sur les effets secondaires de la radiothérapie et la qualité de vie de ces patients ont été recueillies. Cette « Ressource » pourrait être utilisée pour voir, dans les différents pays, combien de patients présentent des effets secondaires tardifs et à quel point cela impacte leur qualité de vie. Après validation des modèles issues de l’étude REQUITE, l’équipe-projet REQUITE espère fortement mettre en place des nouvelles études basées sur ces modèles qui permettront de personnaliser la radiothérapie et réduire le risque d’effets secondaires tardifs améliorant ainsi la qualité de vie des patients.

L’équipe ICM

L’équipe est composée du Pr David Azria, coordonnateur France de l’étude, du Dr Roxana Draghici, radiothérapeute, de Julie Grataloup, attachée de recherche clinique et de Stéfania Di Legami, technicienne de recherche clinique. Cette équipe travaille en étroite collaboration avec les soignants de l’ICM, avec le centre investigateur du CHU de Nîmes et l’équipe projet européenne.

Un grand Merci à tous les patients qui ont accepté de participer à l’étude REQUITE.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur :

Vers une médecine personnalisée pour améliorer la qualité de vie des patients
Vidéos

REQUITE, une étude internationale au bénéfice des patients traités par radiothérapie

Vers une médecine personnalisée pour améliorer la qualité de vie des patients

À télécharger
Aucun téléchargement actuellement.