Odontologie

Le premier versant de l’activité de chirurgie dentaire à l’ICM concerne les consultations de patients en cours de bilan pour des cancers ORL.

L’objectif de cette activité est de permettre l’instauration la plus rapide des traitements de la radiothérapie et/ou chimiothérapie.

Le bilan d'odontologie

Ces traitements nécessitent un bilan oral au cours duquel seront mis en évidence les foyers infectieux bucco-dentaires actifs dont la présence contre-indiquent la radiothérapie. L'assainissement bucco-dentaire ainsi que les actes de chirurgie orale (extraction, curetage) sont donc réalisés à la suite de cette consultation. 

La prévention au niveau de la radiothérapie 

L'autre versant de cette activité concerne la prévention des complications de la radiothérapie à plus long terme. La radiothérapie utilisée dans le traitement des cancers ORL induit de façon inévitable des complications précoces et/ou tardives des organes avoisinant la tumeur, notamment les glandes salivaires, les articulations temporo mandibulaires et la cavité orale.

Au niveau de la cavité buccale, les conséquences seront une xérostomie (altération qualitative et quantitative de la salive), des mucites, des caries et des risques d’ostéonécrose.
Des mesures de prévention doivent être proposées pour diminuer ces complications. L’application de fluor via des gouttières de fluoroprophylaxie sont réalisées pré radiothérapie (par des étapes d’empreinte, puis réalisation de cette gouttière sur place à ICM) et seront portées par les patients chaque soir pendant 7 min à vie. Cette mesure est efficace et permet une réduction significative de lésions dentaires. Le port de ces gouttières doit débuter 4 semaines après la fin de la radiothérapie.

Le suivi 

Enfin, nous avons un rôle de suivi et d’orientation des patients opérés et traités. En effet, si des extractions doivent être réalisées, une analyse du site de la tumeur et de la dosimétrie est réalisée pour proposer aux patients les protocoles les plus adaptés pour ces actes de chirurgie orale, dans le but de prévenir les phénomènes d’ostéoradionécrose.

Une activité plus marginale est dédiée aux patients atteints d’autres tumeurs que les ORL, notamment lors de bilans oraux pour la mise en place de biothérapies ou traitements anti résorbeurs.

 

arrow-leftarrow-rightchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upchevrons-leftchevrons-rightdirectory-placeholderexternal-linkfacebookfooter-bgicon-accounticon-annuaireicon-contrasted-officon-contrasted-onicon-donationicon-downloadicon-mailinstagramlinkedinlogo-choositmore-verticalplaysearchshare-2twitterviadeoxyoutube