Header icon

Cancer du poumon Traitement

En tant que centre expert, l’ICM prend en charge les cancers du poumon.

Notre établissement est un centre de référence dans la prise en charge du cancer du poumon à Montpellier. Les équipes de l'ICM mettent tout en oeuvre pour vous assurer une qualité optimale des soins.

Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP)

La stratégie thérapeutique est définie au cours des réunions de concertation multidisciplinaire.

A chaque moment clé de votre prise en charge, votre dossier sera présenté par votre/vos médecin(s) référent(s) à la RCP poumon où toutes les spécialités médicales impliquées dans la prise en charge des cancers du poumon sont représentées. Une proposition thérapeutique en résultera, qui vous sera expliquée par votre/vos médecin(s) référent(s), en général à l’occasion d’une consultation, avec l’établissement d’un Plan Personnalisé de Soins (PPS).

  • Radiothérapie : Pierre Boisselier, Mathieu Grapin, Sylvain Demontoy
  • Oncologie Médicale : Marie Viala, Stéphane Pouderoux
  • Pneumologie : Xavier Quantin
  • Imagerie : Sophie Guillemard
  • Anatomopathologie : Evelyne Verdanet
     

Le cancer bronchique non à petites cellules

Stade I et II 

La chirurgie d’exérèse est le traitement de première intention sous réserve que le malade puisse tolérer le geste. Le traitement peut parfois être complété d’une chimiothérapie pour améliorer le contrôle de la maladie à long terme. Plus rarement une radiothérapie adjuvante pourra être proposée. Des programmes de recherche sont en cours pour évaluer des stratégies de traitement incluant en particulier l’immunothérapie.
Alternativement lorsque le risque chirurgical est trop important il est possible de s’orienter sur des alternatives de traitements locaux par radiothérapie stéréotaxique ou thermoablation. L’ICM a une longue expérience de la radiothérapie stéréotaxique et des essais cliniques évaluent la place de l’immunothérapie associée.

Stade III

A ce stade, la maladie est considérée comme marginalement opérable. Le traitement est le plus souvent fondé sur une radiochimiothérapie concomitante éventuellement suivi d’une immunothérapie adjuvante. Là aussi des essais cliniques évaluent une introduction plus précoce de l’immunothérapie dans la stratégie de traitement.

Stade IV

En fonction du profil histologique, immunohistochimique et génomique le traitement sera adapté.


En cas d’altération génétiques ciblables : un traitement oral par inhibiteur de thyrosine kinase pourra être proposé. Les anomalies pour lesquelles un traitement est disponible sont les altérations (mutations, réarangement) de "l’EGFR", de ALK, de ROS et de MET. De nouveaux traitements sont en développement et l’ICM participe à ces programmes de recherches.  C’est une des raisons pour laquelle nous recherchons un large panel d’altérations génétiques. Ces traitements sont souvent mieux tolérés, plus efficace et parfois de manière extrêmement durable.

A défaut le traitement reposera en général sur une association chimiothérapie plus immunothérapie. L’immunothérapie vise à restaurer les défenses immunitaires de l’hôte dirigées contre la tumeur. Les principaux effets indésirables de l’immunothérapie passent par une dérégulation du système immunitaire et le développement de maladies auto-immunes. De nouvelles combinaisons thérapeutiques fondées sur l’immunothérapie sont en développement et l’ICM participe à cet effort de recherche.

Le cancer bronchique à petites cellules

Deux tiers des carcinomes bronchiques à petites cellules sont diagnostiqués au stade étendu. Cela signifie que l’ensemble de la maladie ne peut être incluse dans un champ de radiothérapie ce qui inclue la maladie métastatique. Dans cette situation en 2020 l’association chimiothérapie plus immunothérapie est le traitement de première ligne recommandé. La recherche de nouvelles cibles cellulaires est poursuivie.
Pour les cancers bronchiques à petites cellules limitées, le traitement de référence associe chimiothérapie plus radiothérapie concomitante.  Il est suivi en cas de contrôle satisfaisant d’une irradiation cérébrale prophylactique prévenant la survenue de métastases cérébrales étant une éventualité fréquente.

arrow-leftarrow-rightchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upchevrons-leftchevrons-rightdirectory-placeholderexternal-linkfacebookfooter-bgicon-accounticon-annuaireicon-contrasted-officon-contrasted-onicon-donationicon-downloadicon-mailinstagramlinkedinlogo-choositmore-verticalplaysearchshare-2twitterviadeoxyoutube