Header icon

Cancer du canal anal Diagnostic

L'ICM dispose d'une équipe multidisciplinaire experte dans la prise en charge des cancers de l'anus.

Notre établissement est un centre de référence dans la prise en charge du cancer du canal anal à Montpellier. Les équipes de l'ICM mettent tout en oeuvre pour vous assurer une qualité optimale des soins.
L’Institut propose à chaque patient le traitement le mieux adapté à sa situation grâce à une prise en charge multidisciplinaire, à des traitements spécifiques et un accompagnement personnalisé.

Symptômes

À ses premiers stades, le cancer de l’anus peut ne pas occasionner de signe ni de symptôme étant donné qu’il est très petit. Les symptômes se manifestent souvent une fois que la tumeur a grossi ou qu’elle a envahi les tissus voisins.
Le symptôme le plus fréquent du cancer de l’anus est un saignement anal (émission de sang rouge). C’est aussi le symptôme qui survient habituellement en premier. Souvent, ce saignement est peu important. On remarque parfois du sang dans les selles.
D’autres affections médicales peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer de l’anus (en particulier les hémorroïdes) et il n’est pas toujours aisé de porter le diagnostic tôt. La plupart des saignements par l’anus sont liées à des pathologie bénignes qui ne doivent pas alarmer. 
Cependant si ces saignements récidivent, de manière fréquente ou s’accompagnent d’un tout autre signe, il est important de consulter son médecin qui vous orientera vers un gastro-entérologue/proctologue. 

Les autres symptômes du cancer de l’anus comprennent :

  • douleur, inconfort ou sensation de pression dans la région anale,
  • démangeaisons dans la région anale sur les lésions de la marge anale,
  • écoulement de mucus de l’anus,
  • masse dans l’anus,
  • petite nodule dans l’aine,
  • changement du transit intestinal avec rétrécissement des selles.

Aucun de ces signes cliniques ne permettent d’affirmer le cancer. 

Diagnostic

Le processus diagnostic du cancer de l’anus débute habituellement par une visite chez votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, votre médecin pourrait vous diriger vers un gastro-entérologue (ou proctologue) qui pourra prendre en charge une éventuelle lésion bénigne, voire précancéreuse ou organiser les examens permettant de porter, avec certitude, le diagnostic de cancer  

Examen Clinique

L’examen clinique reste fondamental dans les cancers de l’anus, qui sont très mal visualisés dans certains bilans radiologiques (comme le cancer en particulier).  Cet examen permet au médecin d’évaluer l’extension clinique de la maladie.
Il repose sur

  • un examen visuel du périnée autour de l’anus,
  • des touchers pelviens systématiques (le toucher rectal est fondamental).

Chez la femme, un examen gynécologique y sera associé et les frottis contrôlés (recherche de dysplasie du col associé et de présence d’HPV).

Endoscopie

L’endoscopie permet au médecin d’observer l’intérieur des cavités du corps à l’aide d’un tube flexible, au bout duquel sont fixées une lumière et une lentille, l'endoscope. Les médecins effectuent habituellement une endoscopie s’ils détectent une anomalie lors d’un toucher rectal. Ils y ont aussi recours pour déterminer la cause de certains symptômes comme un saignement de l’anus ou du rectum. Elle permet d’examiner en détail la tumeur et d’apprécier son extension locale.
Il peut s’agir d’une anuscopie, d’une rectoscopie (examen s’arrêtant au rectum) ou d’une coloscopie complète. Une biopsie doit être pratiquée.

Biopsie

La biopsie est le seul examen permettant d’affirmer la nature cancéreuse d’une lésion, et d’en préciser le type. Elle est l’étape indispensable avant d’envisager tout traitement. 
Le médecin prélève des tissus ou des cellules du corps afin de les analyser au microscope au laboratoire d’anatomo-pathologie. En cas de prélèvement négatif, on peut être amené à réaliser une seconde biopsie pour permettre de guider au mieux ce traitement.

Échographie transrectale

On peut réaliser une échographie transrectale, en insérant une sonde d’échographie dans l’anus jusqu’au rectum. Cet examen peut aider à apprécier l’extension locale de la maladie (dimensions de la tumeur, envahissement local des sphincters, de la prostate, du vagin ou des ganglions de proximité). Cet examen n’est pas systématique dans le bilan initial. Il est surtout intéressant dans la description des plus petites tumeurs.

Imagerie par Résonance Magnétique (IRM)

L’imagerie par résonance magnétique (IRM), peut permettre, comme l’échographie transrectale, d’évaluer l’extension locale de la maladie. Elle est particulièrement pertinente dans les tumeurs localement évoluées.

IRM ICM

Tomodensitométrie (ou scanner)

La tomodensitométrie permet d’évaluer l’extension de la maladie : aux ganglions lymphatiques ou aux autres organes à distance (ganglions du thorax , poumons , foie).

Tomographie par émission de positons : TEP

Cet examen aide à établir le stade du cancer de l’anus et vérifier s’il s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou aux organes à distance.
La TEP peut aussi aider les médecins à planifier leur traitement, en particulier en radiothérapie où elle permet d’établir plus précisément les limites des zones à irradier.

TEP Scan ICM

Dépistage d’un déficit immunitaire 

La recherche d’une immunodépression peut parfois être recherchée, car elle est un facteur de risque important des cancers de l’anus. En fonction du patient, de ses antécédents médicaux (greffes d’organes par exemple...), de ses traitements, mais aussi de son histoire personnelle, on peut proposer la réalisation d’un dépistage du VIH, qui augmente l’immunodéficience. Cette recherche n’est pas systématique. 

En savoir plus sur les examens d'imagerie médicale 

 

arrow-leftarrow-rightchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upchevrons-leftchevrons-rightdirectory-placeholderexternal-linkfacebookfooter-bgicon-accounticon-annuaireicon-contrasted-officon-contrasted-onicon-donationicon-downloadicon-mailinstagramlinkedinlogo-choositmore-verticalplaysearchshare-2twitterviadeoxyoutube